pl2 3Accélération de l'extinction des coraux
Nul ne peut le nier, pas même le "climato-sceptique" nouveau Président des USA, les eaux océaniques sont acidifiées par l'augmentation du taux de gaz carbonique. Cette acidification entraîne toute une série de perturbations notamment au niveau du processus calcificateur des récifs coralliens, pouvant ainsi entraîner leur disparition.

En outre, lors d'une élévation de température trop importante, les coraux rejettent leurs zooxanthelles symbiotiques et souffrent d'un apport insuffisant de nutriments.

La Grande barrière australienne a ainsi subi deux épisodes de blanchiment récents (2014 et 1016) touchant 90% de la population. Selon le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement), 20% ne seront pas capables de se régénérer.  Or, si les coraux peuvent se remettre d'un épisode de blanchiment, des épisodes trop rapprochés, comme c'est ici le cas, ne laissent pas assez de temps pour leur "renaissance".

Une projection issue d'un étude parue dans la revue "Nature" montre que la grande majorité des coraux aura à subir une période annuelle de blanchiment  aux alentours de 2050.

Le but recherché aujourd'hui par les gestionnaires de récifs coralliens est donc de réduire la vulnérabilité aux changements climatiques en soutenant la résilience des récifs par différentes interactions telles le maintien de la biodiversité, la mise en place d'une pêche durable etc etc.


Consultez l'article publié par la revue "Nature" (en anglais)