Jardiland

Hawai flavescensHawaï : des scientifiques dénoncent les méthodes d'une organisation anti-aquariophile
Après l'interdiction (temporaire ?) de la collecte des poissons d'aquarium à Hawaï, certains scientifiques s'insurgent des méthodes employées par les organisations dites de protection de la nature qui n'hésitent pas à utiliser de faux arguments, allant jusqu'à leur donner une connotation scientifique, pour renforcer leur audience.

Nous le disons depuis longtemps, sous couvert de protection animale, de nombreuses organisations nationales et internationales, riches et puissantes, souhaitent l'interdiction d'importation et de détention d'espèces exotiques, dont le but n'est autre que la disparition de tous types d'élevage. Elles utilisent des arguments fallacieux, faisant de cas exceptionnels (que nous sommes les premiers à dénoncer) une généralité.

L'article paru le 18 janvier sur le site  "Reef to rainforest media" en apporte une nouvelle fois la preuve. Sous couvert d'un comité scientifique qui n'est pas consulté, les activistes "anti élevages" prennent des positions dommageables pour tous les éleveurs. Cette fois, ce sont les aquariophiles qui ont visés.

Comme le précise le Docteur Bruce Carlson à la fin de sa lettre (voir ci dessous), il est évident, et nous le disons depuis très longtemps, que nos détracteurs, financés par les organisations nationales (voire internationales), collectent des fonds en enflammant l'opinion publique.

Les noms scientifiques [entre crochets] remplacent les noms communs anglais qui figurent dans le texte d’origine.


 

Pseudoscience et interdiction de pêche à Hawaï

18 janvier 2018

L'espèce la plus collectée à Hawaï, [Zebrasoma flavescens] est une espèce emblématique dont les récoltes ont été soigneusement surveillées pendant des années par le Département des ressources aquatiques d'Hawaï.

L'État d'Hawaï a interdit, au moins temporairement, la collecte de poissons pour le commerce d'aquarium. Les groupes activistes qui militent pour que cette interdiction devienne permanente utilisent divers «faits scientifiques» - en disant, entre autres, que les pêcheurs de poissons d'aquarium sont coupables :
   • De dévaster les récifs d'Hawaï
   • D’être engagé dans un commerce dans lequel "99% des poissons collectés meurent dans l'année"
   • De capturer jusqu'à "un demi-million de poissons par mois" dans les eaux hawaïennes

En fait, il s'agit manifestement de «faux faits» ou de ce que la plupart des biologistes disent être de la pseudoscience manipulée par des chiffres artificiels. Un échange de lettres récemment dévoilée révèle à quel point les biologistes marins respectent cette situation historique.

Coral Magazine a reçu des copies de la correspondance pertinente et la publie ici de manière chronologique pour que tous les aquariophiles intéressés et les autres observateurs puissent les lire telles qu'elles ont été écrites.

Un exemple de "faux faits"

Le Turtle Island Restoration Network (TIRN) fait partie d'un certain nombre d'organisations qui travaillent à l'interdiction permanente de la pêche pour l’aquariophilie. Une récente déclaration de TIRN, rédigée par Cheryl King, directrice de son programme Hawaï, a été très appuyée par le fait que la pêche pour l’aquariophilie «dévastatrice» à Hawaï a été tuée. Avec un comité consultatif scientifique de 10 membres dont 7 titulaires d'un doctorat à la mi-2017, ces déclarations au nom de l'organisation sont certainement positionnées comme des arguments scientifiques crédibles. Ceci, cependant, est la façon dont TIRN présente sa vision des «faits».

Voici un extrait des déclarations publiques faites par Cheryl King, du groupe de Turtle Island, à l'appui de la destruction de la pêche «dévastatrice» à Hawaï :

"L'année dernière, avec l'aide de milliers de partisans du Turtle Island Restoration Network, nous avons exhorté les législateurs de l'État hawaïen à soutenir un projet de loi qui aurait mis fin au commerce non durable des poissons de récifs pour l’aquariophilie.
Le commerce pour l’aquariophilie capture des poissons sauvages des récifs de corail, les met dans des sacs en plastique, et les expédie pour être vendu pour des aquariums privés. Comme vous pouvez l'imaginer, 99% de ces animaux meurent dans l'année et doivent être remplacés.

Certains militants ont estimé qu'un demi-million de poissons sont capturés chaque mois par cette industrie. Nos récifs coralliens ne peuvent tout simplement pas gérer cette extraction - les poissons doivent rester sur le récif où ils vivent !

Le projet de loi a été étudié par les deux chambres et s'est retrouvé sur le bureau du gouverneur David Ige, qui, à notre grande déception, a mis son veto.

Heureusement, une organisation alliée était en train de mener une procédure judiciaire distincte.

La semaine dernière, en réponse à une décision favorable du tribunal, le ministère des Terres et des Ressources Naturelles d'Hawaï a annoncé qu'aucun animal aquatique ne pourrait plus être capturé à des fins d'aquariophilie commerciale au large de West Hawaii jusqu'à ce qu'un examen environnemental soit terminé.

Arrêter le commerce d'aquarium aidera à protéger les magnifiques poissons marins d'Hawaï, y compris [Zebrasoma flavescens], [Centropyge potteri], [Chaetodon bennetti], [Zanclus cornutus], et bien d'autres encore.

Fêtons cette victoire !

Mais comme pour toute victoire, nous devons rester vigilants, d'autant plus qu'une enquête environnementale est menée.

Restez à l'écoute de la façon dont vous pouvez nous aider à surveiller le processus d'examen environnemental pour s'assurer que les récifs coralliens hawaïens sont vraiment protégés de cette industrie dévastatrice.

Cheryl King, directrice du programme d'Hawaii
Réseau de restauration de l'île de la tortue (seaturtles.org)"

Les scientifiques de TIRN n'ont pas été consultés au sujet des "faits"

TIRN affirme clairement que «99% de ces animaux meurent en moins d'un an et doivent être remplacés» et que «les activistes estiment qu'un demi-million de poissons sont capturés chaque mois par cette industrie». Mais ceci a-t-il été vérifié ?

En réalité, il est devenu évident que les déclarations de position de TIRN contre la pêche d'Hawaï pour l’aquariophilie n'étaient probablement jamais dirigées par les scientifiques de leur « comité consultatif scientifique ». Robert Heuter, l'un de ces conseillers scientifiques, est le directeur du « programme Shark » du Mote Marine Lab de Sarasota, en Floride.

En réponse à la déclaration de TIRN, le Dr Hueter remet en question les allégations de cette organisation et révèle que, en fait, il n'aurait probablement pas appuyé la position prise par TIRN, s'il avait été contacté. En fait, son rôle de conseiller scientifique auprès de TIRN est très clair, inexistant, ce qui soulève de sérieuses questions quant à la validité du conseil consultatif scientifique de l’organisation et, finalement, sur la crédibilité de ses positions. Dans la réponse du Dr Hueter, il fait référence aux écrits récents de son collègue, le Dr Bruce Carlson.

Voici la lettre du Dr Robert Hueter à Turtle Island :

Bonjour Alex et al .:

J'ai été nommé conseiller scientifique du Turtle Island Restoration Network. Je pense que c'est Alex qui m'a invité à y entrer il y a quelques années, mais je ne crois pas avoir entendu quoi que ce soit du groupe depuis. Je vois mon nom et ma photo sur votre site Web (https://seaturtles.org/about/leadership-staff/) avec une bio obsolète.

Je vois que TIRN prend maintenant le crédit de la législation pour faire stopper le commerce des poissons d'aquarium d'Hawaï. Ce n'est pas quelque chose que j'aurais nécessairement soutenu et, si j'en avais l'occasion, j'aurais discuté de la durabilité de ce commerce avec vous.
Si TIRN continue à fonctionner comme cela, en prenant des positions semi-scientifiques sans consulter ses propres conseillers scientifiques, alors je souhaite que vous me retiriez de votre liste de conseillers (NDLR : M. Hueter n'apparait plus sur ce site à la date de parution de cet article).

S'il vous plaît faites-moi savoir comment cela sera géré dès que possible.
Meilleures salutations,
Bob Hueter

ROBERT E. HUETER, Ph.D.
Scientifique principal et directeur, Centre for Shark Research Perry W. Gilbert Chaire de recherche sur les requins
Gestionnaire, Programme de recherche sur la conservation des requins et des raies
Laboratoire marin Mote
1600 Ken Thompson Parkway
Sarasota, FL 34236 États-Unis

La pseudo-science comme modus operandi
Dr. Bruce Carlson, un biologiste marin très respecté (ancien directeur scientifique de l'Aquarium de Géorgie, ancien directeur de l'Aquarium de Waikiki), a activement répondu à la campagne de désinformation visant à détruire la pêcherie d'aquarium d'Hawaï. Dans ce cas, il répond à la déclaration de TIRN et à la réponse de M. Hueter, dans une lettre ouverte circulant actuellement parmi les communautés de la pêche aquariophile et de la biologie marine préoccupées par l'avenir de la pêche aquicole à Hawaï.

Lettre ouverte du Dr Carlson au Dr Robert Hueter, en réponse à la réaction du Dr Hueter aux déclarations de TIRN :

Le 14 janvier 2018
Destinataire: ROBERT E. HUETER, Ph.D.
Scientifique principal et directeur, Centre for Shark Research Laboratoire marin Mote Sarasota, FL 34236 États-Unis

Bob.

Vous pouvez maintenant voir comment l'abus de la science et des scientifiques (vous) a abouti à la situation actuelle à Hawaï, où une des pêcheries côtières les mieux étudiées (et les plus réglementées) a été mise à mal par des individus passionnés et très mal avisés. Ils sont menés ici par quelques maîtres manipulateurs de la désinformation qui vomissent des accusations sauvages basées sur des preuves anecdotiques.

Parmi les scientifiques (ceux qui ont un doctorat, de toute façon) qui s'opposent à la pêche aquariophile à Hawaï, aucun d'entre eux ne présente des preuves de dommages aux populations de poissons ou à l'environnement, mais offre uniquement des spéculations basées sur des hypothèses non vérifiées et des preuves anecdotiques, par exemple, que le prélévement de [Zebrasoma flavescens], un herbivore, conduit à une croissance rampante des algues et à la mortalité des coraux. J'aimerais voir un article révisé par des pairs qui appuie cette conclusion, à savoir que l'environnement des récifs d'Hawaï a été endommagé par la pêche pour l'aquariophilie.

Inversement, Brian Tissot et Leon Hallacher (2002 Consol. Biol. 17 (6): 1759-1768) se sont rendus sur le terrain et ont fait un travail acharné pour collecter des données et n'ont trouvé aucune différence significative (couverture d'algues, dommages coralliens) là où les poissons sont collectés par rapport aux zones protégées à proximité (DLNR a des données similaires). Ils ont signalé une différence "significative" dans les populations de poissons d'aquarium dans les deux zones (personne ne conteste qu'il devrait y avoir moins de poissons dans les zones où ils sont collectés). Mais pour vous montrer comment les termes scientifiques sont corrompus par les opposants, ils assimilent «significatif» à «dommageable» (cela rappelle le problème que nous avons avec le public sur le concept de «théorie» utilisé dans un contexte scientifique).

La raison pour laquelle si peu de scientifiques appuient ici les opposants à la pêche pour l’aquariophilie est due aux solides données recueillies par le Dr William Walsh et son équipe à Kona au cours des 19 dernières années. Ces données montrent incontestablement que cette pêcherie est la définition classique du terme «durable» (en fait, au cours des dernières années, les populations de [Paracanthurus hepatus] et de [Zebrasoma flavescens] ont augmenté dans les récifs pêchés et non pêchés sur la côte de Kona) . L'ensemble de données du Dr Bill est largement admiré et respecté par les scientifiques comme l'une des meilleures données jamais recueillies dans le monde sur une pêcherie de récif côtier.

Bob, vous n'êtes pas le premier scientifique à être abandonné sans le savoir en tant qu'opposant à la pêche en aquarium à Hawaï. J'ai récemment parlé à un autre scientifique hawaïen dont le nom est apparu dans un témoignage l'année dernière, et il a été très surpris car il n'a pas donné la permission d'utiliser son nom, et n'était pas d'accord avec leur position.

Pour être juste, il y a des scientifiques ici qui sont des «préservationnistes» qui croient simplement que le poisson devrait être laissé dans l’océan. Cela, cependant, est un argument philosophique, pas scientifique ; mais au moins c'est honnête. Nous soutenons également que les emplois créés par cette pêcherie et la valeur des aquariums sont également très importants. Et nous avons des données de notre côté, alors nous savons que nous ne compromettons pas nos principes de conservation.

L'information présentée par la plupart des opposants, y compris ce que je lis dans le rapport de TIRN, est une rhétorique malhonnête et incendiaire. Notez ce qu'ils disent : "Certains militants ont estimé qu'un demi-million de poissons sont capturés chaque mois par cette industrie."

Oui, ils fabriquent leurs propres fausses données, puis les citent comme des faits. Vous et moi sommes tous les deux des biologistes spécialistes de la conservation et nous avons fermement défendu cette conservation au fil des années, mais je suis sûr que vous voyez comme certains groupes environnementaux utilisent la pseudoscience comme modus operandi, et nous, en tant que scientifiques, nous devons nous tenir à distance de ces personnes. J'engloberais ces gens-là avec les négationnistes du changement climatique : mêmes méthodes, même rhétorique anti-science exaspérante.

Ce sont des données fausses et anti-sciences, et c'est juste un autre cas très triste, d'un groupe dont la mission autrement semble élogieuse. Il est tout à fait possible qu'eux aussi (TIRN) aient été dupés par les activistes d'Hawaï et qu'ils n'aient probablement pas lu les nombreux articles de recherche sur ce sujet. Si ces gens mettaient juste une fraction de leur énergie mal dirigée à corriger de vrais problèmes avec notre environnement marin, en suivant l'exemple de vrais scientifiques, nous pourrions réellement faire des progrès. Les biologistes ici sont beaucoup plus préoccupés par la surpêche de nos poissons d'alimentation, mais vous n'entendez pas un mot de ces activistes anti-aquarium sur ce sujet. J'espère que cela va changer maintenant que d'autres rapports des chercheurs de la NOAA et de l'Université d'Hawaii présenteront des données sur ces préoccupations très réelles.

Contrairement aux dirigeants de l'opposition, qui sont bien payés et financés par les organisations nationales, et qui collectent des fonds en enflammant l'opinion publique (comme le document TIRN ci-joint), j'essaie toujours de les tenir à distance, d’utiliser mes propres outils parce que je déteste voir la bonne science saccagée, et parce que je sais que les aquariums peuvent être de précieux outils éducatifs, inspirants et de recherche.

Tu as fait ce qu'il fallait, Bob.
Bruce


Arrangement français : J.Jacques Lorrin