Ampullaire-miniLe législateur européen interdit les ampullaires
Le Journal officiel de la Commission européenne du 10 novembre publie une décision interdisant la détention, la reproduction et la commercialisation des espèces du genre Pomacea (ampullaires).
La CEE à publié une directive (jointe) inacceptable pour les aquariophiles. Ce texte interdit de détention, vente, transport ... toutes les espèces de Pomacea (ampullaires).

Prétexte invoqué : une espèce, Pomacea insularum, porte préjudice aux rizicultures espagnoles.

Pourtant Pomacea diffusa, très connue des aquariophiles, n'est pas herbivore. Dans le cas contraire, il y a bien longtemps qu'elle aurait disparu de nos aquariums.

Cette décision qui découle d'un manque de discernement des "experts", incapables de différencier les différentes espèces, est inacceptable pour les aquariophiles.

Aujourd'hui les ampullaires, ! Et demain, quels poissons ???

La Fédération Française d'Aquariophilie a donc décidé de réagir et d'interpeler la ministre de l'écologie pour lui demander d'exclure Pomacea diffusa de la liste des ampullaires concernées.

****************

Madame la Ministre

Par une décision d'exécution en date du 8 novembre 2012, la Commission européenne prend des mesures destinées à prévenir l'introduction et la propagation, dans l'Union, du genre Pomacea (Perry).

Nous attirons votre attention sur le fait que l'une des espèces du genre visé par ce texte, Pomacea diffusa (ex Pomacea. bridgesii) est élevée depuis une centaine d'années par les aquariophiles européens et donc, bien évidemment, français.

Durant cette période aucune expérience négative n'a pu être relevée, cette espèce n'a jamais été relâchée dans les milieux naturels où elle est d'ailleurs incapable de survivre, ne supportant pas les conditions hivernales.
Cette espèce ne s'est jamais avérée être une consommatrice de plantes aquatiques dans les aquariums où elle est très courante et très appréciée.

En Europe, Pomacea diffusa est répandue à plusieurs millions d'exemplaires dans les aquariums. Une destruction des souches ira totalement à l'encontre des règlementations courantes de protection des animaux. La reproduction de cette espèce, parfaitement identifiée par les aquariophiles, ne peut qu'être difficilement stoppée, cette espèce étant trop largement répandue. Elle est en effet maintenue et reproduite en permanence dans les « aquariums privés », lesquels ne peuvent qu'être difficilement contrôlés.

Pomacea diffusa ne représente aucun danger potentiel pour les plantes en France. La Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont autorisé la maintenance de cette espèce.

Nous sollicitons donc, au nom de la Fédération Française d'Aquariophilie et de ses adhérents, l'exclusion de l'espèce Pomacea diffusa lors de la transcription du texte européen [n° C(2012) 7803) – (2012/697/UE)] dans la législation française. Nous vous suggérons d'assortir cette exclusion d'une interdiction d'introduction dans les milieux naturels et d'exportation vers les États du sud de l'Europe.

Vous remerciant à l'avance des suites que vous réserverez à notre requête, nous vous prions d'agréer, Madame la Ministre, notre plus haute considération.

Le Conseil d'administration

*****************
Extrait du journal officiel de la CEE