Le Ministère fédéral de la sylviculture, de l'environnement et de la gestion de l'eau autrichien vient, très rapidement, de donner une réponse à la requête de la OVVO, Fédération autrichienne d'aquariophilie.

La détention des ampullaires reste autorisée dans ce pays.

Cette rapidité de réponse nous laisse rêveur lorsque l'on sait qu'un courrier concernant la délivrance des CITES, expédié il y a plus d'un an au ministère de l'écologie, est toujours sans réponse malgré un rappel il y a quelques semaines !!

Bien entendu, la FFA est également intervenu auprès du ministère de l'écologie et du développement durable, demandant que la détention de Pomacea diffusa reste autorisée dans notre pays. Nous attendons la réponse ...

Ci-dessous, la réponse officielle du ministère autrichien (traduction Jean-Jacques Eckert)

En référence à votre courrier du 0.12.2012 concernant la décision de la Commission 2012/697/EU (Mesures de lutte contre Pomacea) j'ai l'honneur de vous signaler que – en complément des informations de Mme Mag. Molterer - , de la part du BMLFUW (Ministère fédéral de la sylviculture, de l'environnement et de la gestion de l'eau) comme autorité compétente dans le domaine de la protection des végétaux, il n'est pas dans notre intention de prendre cette décision en Autriche de manière inflexible telle que vous l'avez décrite.

Le service officiel phytosanitaire autrichien, qui est compétent au plan national pour la mise en oeuvre des mesures, concentre son travail sur les mesures de protection des plantes contre les maladies et les parasites et certes surtout dans le domaine de la production agricole et forestière. Concrètement, cela signifie, que seules des mesures contre tout dommage dans la nature sur des plantes de cultures ou sauvages par les escargots pourraient être appliquées. Toutefois, étant donné que le genre Pomacea, selon les informations de l'AGES, ne représente pas actuellement de danger pour la production agricole et forestière en Autriche et qu'un hivernage des animaux de ce genre ne semble pas possible chez nous dans les conditions climatiques actuelles, de telles mesures ne sont actuellement pas prévues. Une action des autorités de protection des végétaux dans le domaine de l'aquariophilie privée sous la manière que vous avez décrite n'est en tout les cas actuellement pas envisagée.
Ceci ne modifie toutefois pas que conformément à la décision de la Commission l'importation/l'introduction d'animaux de ce genre ou le commerce/la propagation sont interdits au sein de l'Union Européenne.

Copyright (c) 2018 - Template made with Template Creator CK

https://www.template-creator.com